Hier, lundi 16 janvier à Thiais, Tidiane un jeune de 16 ans a trouvé la mort suite à un conflit l’opposant à d’autres jeunes du même âge. Cela nous bouleverse.

Nos pensées et notre prière vont particulièrement auprès de chacune des familles touchées par ce drame : la famille de Tidiane, celle de l’autre jeune blessé, celles aussi des jeunes qui ont commis l’agression (…)

Communiqué du diocèse de Créteil

Un jeune de 16 ans tué par d’autres jeunes :
Douleur et interrogation pour tous.

Hier, lundi 16 janvier à Thiais, Tidiane un jeune de 16 ans a trouvé la mort suite à un conflit l’opposant à d’autres jeunes du même âge. Cela nous bouleverse.  Nos pensées et notre prière vont particulièrement auprès de chacune des familles touchées par ce drame :  la famille de Tidiane, celle de l’autre jeune blessé, celles aussi des jeunes qui ont commis l’agression.

Ce drame vient s’ajouter à d’autres tragédies vécues entre jeunes ces dernières années dans le département et ailleurs. Cela doit nous interroger : Comment est-il possible que l’acte de tuer devienne la solution pour résoudre un conflit, quelle que soit son origine ou sa force ? Quelles ressources de solidarité et de fraternité pouvons-nous déployer dans l’éducation des jeunes qui sont non seulement l’avenir mais le présent de notre société ?

L’éducation ne relève pas de la seule responsabilité des parents. Elle est l’affaire de tous dans la société et suppose l’implication de chacun. Nous devons encourager le travail des éducateurs, dont la tâche est si précieuse.  Nous avons à chercher et à trouver ensemble les moyens d’apprendre et communiquer les chemins de non-violence comme chemins de vie, qui respectent la dignité de chacun.